En 2018, on a dénombré en Suisse 9,6 hospitalisations pour 1000 habitants en relation avec des troubles liés à des substances psychoactives (diagnostic principal ou secondaire). Par rapport à 2012, la tendance évolue légèrement à la hausse. Les séjours hospitaliers liés à des substances psychoactives sont le plus souvent en relation avec l'alcool (5,9 pour 1000 habitants), suivi du tabac (2,0 pour 1000 habitants). Pour l’ensemble des substances, un syndrome de dépendance représente de loin le diagnostic le plus fréquent lors d’une hospitalisation. Au total, ainsi que pour presque l’intégralité des substances, on enregistre nettement moins d'admissions à l'hôpital en rapport avec des troubles liés à la consommation de substances chez les femmes que chez les hommes. Font exception les produits hypnotiques et sédatifs.

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La consommation de substances psychoactives peut avoir des effets nocifs. Le présent indicateur, qui a pour objet les séjours hospitaliers, traduit une partie de ces effets. Il renseigne sur des troubles découlant de la consommation de substances illégales (opiacés, dérivés du cannabis, etc.) et de substances légales (alcool, tabac, etc.).

Les données concernant la nature et le volume des traitements dispensés dans des hôpitaux de soins aigus et des cliniques psychiatriques servent à la mise en réseau des fournisseurs de prestations médico-psychiatriques, sociomédicales et psychosociales prévue dans la stratégie nationale Addictions.

Définition

L’indicateur est calculé à partir des données de la statistique médicale des hôpitaux.

Il donne le taux pour 1000 habitants des séjours dans des cliniques de soins somatiques ou psychiatriques dus à des troubles liés à des substances psychoactives. Les données sont basées sur la structure par âges de la population européenne standardisée en 2010 (European Commission, 2013).

Le total inclut l’ensemble des cas présentant un diagnostic principal ou secondaire F10 à F19 de la CIM-10 (troubles mentaux et du comportement liés à l’utilisation de substances psychoactives). Pour faciliter l’aperçu, l’illustration montre uniquement les six catégories les plus fréquentes. Les cas sont répartis en fonction du diagnostic établi à la sortie de l’hôpital.

Voici les substances prises en compte (CIM-10, catégories F10 à F 19):

  • alcool
  • opiacés
  • dérivés du cannabis
  • sédatifs et hypnotiques
  • cocaïne
  • autres stimulants
  • hallucinogènes
  • tabac
  • solvants volatils
  • drogues multiples et autres substances psychoactives

La mise en œuvre de la révision de la LAMal dans le domaine du financement hospitalier et la nouvelle définition des cas pour la facturation des prestions (soins somatiques aigus) selon SwissDRG qui en résulte ont entrainé une rupture de série entre 2011 et 2012. Pour cette raison, les données présentées partent de 2012.

À noter que la pratique en matière de codage des diagnostics secondaires a changé, comme le décrivent Marmet et al. (2017, pp. 9 à 10), de sorte que l’augmentation peut être surestimée.

Sources

Références

  • Marmet, S. et al. (2017). Hospitalisierungen aufgrund von Alkoholintoxikation oder Alkoholabhängigkeit bei Jugendlichen und Erwachsenen – Eine Analyse der Schweizerischen „Medizinischen Statistik der Krankenhäuser“ 2003 bis 2014 (Forschungsbericht Nr. 92). Addiction Suisse, Lausanne: Rapport (en allemand)
  • Revision of the European Standard Population — Report of Eurostat's task force (2013). European Commission. Luxembourg: Publications Office of the European Union, p. 121: Rapport (en anglais)

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

12.02.2021