Le nombre d’années potentielles de vie perdues (APVP) est un indicateur synthétique de la mortalité prématurée qui rend compte des décès survenant à un âge précoce (dans notre cas avant 75 ans), et qui sont donc a priori évitables. Plus les décès surviennent à un âge précoce plus ils pèsent lourds dans la balance : un décès à l’âge de 10 ans représente 65 APVP tandis qu’un décès à l’âge de 65 ans représente 10 APVP. Cet indicateur fournit également une vue de l’importance relative des causes de mortalité prématurée. Il permet de rendre compte des effets des progrès de la technologie médicale ou des mesures de prévention et de promotion de la santé qui participent à la réduction des décès prématurés ou évitables.

Définition

Nombre d’années potentielles de vie perdues pour 100 000 habitants pour les décès survenus entre la naissance et 75 ans, quelle qu’en soit la cause, et standardisé par âge sur la population standard européenne 2010 de moins de 75 ans. Pour calculer cet indicateur, les décès survenant dans chaque classe d'âge sont additionnés et pondérés au moyen du nombre d'années de vie restant, en fonction d'un âge limite prédéfini. La limite d'âge a été fixée ici à 75 ans. Afin qu'il soit comparable entre les hommes et les femmes, entre les classe d'âges et les cantons, l'APVP a été standardisé selon l'âge avec la population standard européenne en 2010 (Eurostat, 2013).

Sources

Références

  • Eurostat (2013). Revision of the European Standard Population — Report of Eurostat's task force. Luxembourg: Publications Office of the European Union.  Rapport (anglais)
  • Gardner, JW. & Sanborn, JS. (1990). Years of potential life lost (YPLL) — what does it measure? Epidemiology, 1(4), 322-9.

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

07.04.2020