En 2019, les maladies cardiovasculaires ont été responsables d’environ 20 000 décès et de 138 000 hospitalisations en Suisse. Cela représente à peu près un tiers de tous les décès et 10% de toutes les hospitalisations. Le groupe des 80 ans et plus a été le plus touché. 

Le nombre de décès dus à une maladie cardiovasculaire pour 100 000 habitants (taux de mortalité) a fortement reculé ces dernières décennies, passant de 442 en 2000 à 228 en 2019. En ce qui concerne les hospitalisations, on ne relève pas de changement marqué dans le temps: le taux s’élevait à 16 hospitalisations pour 1000 habitants en 2019.

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les maladies cardiovasculaires figurent partout dans le monde parmi les maladies non transmissibles (MNT) les plus courantes. Elles comprennent entre autres les cardiopathies ischémiques (angine de poitrine, infarctus du myocarde, p. ex.), les maladies cérébrovasculaires (accident vasculaire cérébral, AVC, p. ex.) et l’hypertension. En Suisse, comme dans bien d’autres pays, les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès, notamment chez les personnes âgées. De nombreuses personnes souffrent de séquelles pouvant prendre la forme d’une paralysie (après un AVC) ou d’une insuffisance cardiaque (après un infarctus du myocarde).

La réduction de certains facteurs de risque au cours des 20 dernières années (diminution de la consommation de sel et de la sédentarité) a contribué au recul de la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires. Les améliorations des équipements médicaux ont également joué un rôle important et ont contribué presque autant que la prévention à gagner des années de vie (Vinci et al. 2021). La prévention et la technologie sont donc deux facteurs clés du point de vue de la santé publique.

Le premier but de la stratégie suisse en matière de MNT est de ralentir l’augmentation de la morbidité due à ces maladies. Le nombre de décès et d’hospitalisations rend compte de la charge de morbidité de la population. Mais ces chiffres concernant les hospitalisations ne disent pas tout: les personnes malades ne sont pas toujours hospitalisées et on manque de données concernant les répercussions de la maladie sur le quotidien des malades, que ce soit au travail ou dans leurs activités courantes.

Définition

L’indicateur donne le nombre de décès pour 100 000 habitants et celui d’hospitalisations pour 1000 habitants, et ventile en outre le pourcentage en fonction des différentes maladies cardiovasculaires. Les données sont mises à jour chaque année.

Diagnostics:
Les données concernant les hospitalisations reposent sur le diagnostic principal et celles concernant les décès sur la cause principale conformément à la CIM-10 (classification internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, 10e révision): maladies cardiovasculaires I00-I99, dont cardiopathies ischémiques I20-I25 et accident vasculaire cérébral I60-I64.

Hospitalisations:
La page suivante explique en détail la délimitation des secteurs de soins et la définition des cas: Délimitation et définition du cas. Lors de la dernière mise à jour de 2022, la délimitation des hôpitaux de soins aigus a été légèrement modifiée. Ces derniers comptent maintenant certains hôpitaux dont le centre de coûts principal est la gériatrie (M900) dès lors qu’un traitement est facturé selon SwissDRG. 

Voir la définition complète

Sources

Références

  • Cardiovascular Disease and Diabetes: Policies for Better Health and Quality of Care (2015). OECD, Paris: Health Policy Studies (en anglais).
  • Vinci, L. et al. (2021). Herz-Kreislauf-Erkrankungen in der Schweiz: Wie viel tragen veränderte Risikofaktoren und medizinische Massnahmen zur geringeren Mortalität bei? Schlussbericht. Étude mandatée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Haute école des sciences appliquées de Zurich à Winterthour (ZHAW), Winterthour: Étude (en allemand, résumé en français).

Informations complémentaires

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

09.05.2022