En Suisse, 86,5% de la population considère son état de santé comme bon ou très bon. Cependant, seulement 82,5% des personnes présentant une consommation à risque d’alcool, de tabac, de cannabis ou d’autres drogues en 2017 estiment leur état de santé comme bon ou très bon contre 88,5% des personnes ne présentant pas ce type de consommation. Le lien entre la consommation à risque de substances et la perception de l’état de santé est semblable dans l’ensemble des sous-groupes représentés (sexe, âge, région linguistique et de domicile, nationalité, activité professionnelle et niveau de formation).

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Cet indicateur décrit la santé en lien avec la consommation de substances à risque élevé (alcool, tabac, cannabis, autres drogues). Par «santé», on entend l’évaluation subjective de la santé. La comparaison avec la population ayant une consommation à faible risque montre à quel point il existe un lien pertinent entre la consommation de substances et la perception de l’état de santé.

Ces résultats doivent être interprétés avec prudence. En effet, il est probable que les personnes ayant un comportement à risque élevé – et qui sont peut-être déjà malades – sont sous-représentées dans une telle enquête de population. De fait, l’ampleur du problème est probablement sous-estimée.

Définition

L’indicateur est calculé à partir des données de l'enquête suisse sur la santé (ESS).

Il reflète la part de la population âgée de 15 ans ou plus estimant que sa santé est bonne ou très bonne, distinction faite entre personnes présentant au moins une consommation de substances à risque et personnes sans consommation de substances à risque. Il décrit aussi la différentiation de la perception de l’état de santé en fonction de la substance.

L’évaluation de l’état de santé repose sur la question TSUBG05 de l’ESS: «Comment est votre état de santé en général ? Est-il très bon/bon/moyen/mauvais/très mauvais/ne sait pas/pas de réponse?». Sont prises en compte les réponses «très bon» et «bon».

La comparaison entre personnes présentant une consommation de substances à risque et personnes sans consommation de substances à risque considère les groupes de consommation de substances suivants:

  • Alcool: consommation chronique à risque (consommation quotidienne moyenne d’au moins 2 verres standard pour les femmes et de 4 verres standard pour les hommes)
  • Tabac: fumeur quotidien
  • Cannabis: consommation quotidienne ou quasi quotidienne
  • Substances illégales: consommation au cours des douze derniers mois (héroïne, cocaïne, amphétamines, ecstasy et LSD, p. ex.)

Description du filtre de la consommation de substances à risque

Les variables sociodémographiques sont expliquées dans le document: Définition des dimensions

Source

Informations complémentaires

  • Höglinger, M. et al. (2019). Gesundheit der älteren Bevölkerung in der Schweiz. Eine Studie basierend auf Daten des Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe (SHARE) im Auftrag des Bundesamts für Gesundheit. ZHAW, FORS, UNIL, Lausanne et Winterthour: Etude (en allemand avec résumé en français).
  • La santé des personnes âgées en Suisse (2019). Office fédéral de la santé publique (OFSP), Berne: Fiche d’information.

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

19.05.2021