En Suisse, les admissions pour le traitement d’un usage problématique d’alcool, de cannabis, de cocaïne et d’opiacés (héroïne et morphine notamment) ont suivi une évolution différente entre 2013 et 2020 en fonction de la substance. Alors que le nombre de personnes admises pour le traitement de problèmes d’alcool a diminué (indice 2013-2020: -11,1%), les admissions pour le traitement de la consommation de cocaïne ont sensiblement augmenté, en particulier depuis 2015 (indice 2013-2020: +82,5%). Pour ce qui est des problèmes liés au cannabis, les admissions en traitement ont fluctué, affichant toutefois une tendance générale à la hausse (indice 2013-2020: +14,8%). En ce qui concerne les problèmes liés aux opiacés, elles ont dénoté une tendance à la baisse, après une légère augmentation entre 2013 et 2014 (indice 2013-2020: -30,1%).

En 2020, au total près de 37 000 personnes suivaient un traitement pour cause d’addiction, 35 000 (soit 94%) le faisaient en ambulatoire et 2000 (soit 6%) en stationnaire. Pour presque la moitié d’entre elles (45%) c’était surtout dû à un problème lié à l’alcool. Les principaux motifs de traitement sont ensuite l’usage d’opiacés (23%), de cannabis (11%) et de cocaïne (7%; enquête act-info; données non illustrées).

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

L’indicateur considère les personnes qui s’adressent à une instance professionnelle pour traiter un usage problématique d’alcool, de cannabis, de cocaïne ou d’opiacés. Les données sont saisies au moment de la prise en charge de la personne. Évaluer statistiquement la prévalence des personnes dépendantes est un véritable défi. L’évolution des admissions en traitement constitue dès lors une source d’informations supplémentaires. Depuis 2018, l’estimation est réalisée dans le cadre de l’enquête act-info auprès des institutions. Elle évalue la répartition de la consommation de substances posant problème. L’évolution des traitements (type et ampleur) révèle indirectement les tendances de la consommation des substances prises en compte (alcool, cannabis, cocaïne et opiacés).

Définition

L’indicateur montre l’évolution des traitements dus à un usage problématique dans le cadre de l’aide en cas d’addiction, réparties selon les principales substances (alcool, opiacés, cocaïne et cannabis). Cet indicateur ne tient pas compte des personnes qui demandent de l’aide, mais n’obtiennent pas de place de traitement. Les données sont mises à jour chaque année

L'indicateur est produit dans le cadre du réseau de monitorage act-info. Le réseau act-info («information network on addiction care and therapy in Switzerland») regroupe les cinq statistiques réalisées en Suisse dans le domaine des dépendances:

Voir la définition complète

Source

Informations complémentaires

  • Rapports annuels act-info 2004-2020. Prise en charge et traitement des dépendances en Suisse. Résultats du système de monitorage. Office fédéral de la santé publique, Berne.

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

09.01.2023